Qu'est ce que l'état végétatif ?

L'état végétatif est défini par Le Larousse médical comme « l'absence de toute activité consciente décelable alors même que le sujet est en état de veille.»

 

L’expression « état végétatif » a été inventée par un neurochirurgien de Glasgow et un neurologue de New York dans un article d’avril 1972 publié dans la revue scientifique The Lancet sous le titre : État végétatif permanent après une atteinte cérébrale : un syndrome à la recherche d’un nom. En effet, la situation de l’état végétatif était connue depuis une vingtaine d’années mais aucun terme spécifique n’avait encore été trouvé pour la caractériser. Les auteurs se réfèrent explicitement au terme anglais « vegetative » et en donnent la définition suivante : « corps organique capable de croissance et de développement mais dépourvu de sensations et de pensée ».

 

Cet état n’est pas comparable à une mort cérébrale. Les personnes en état végétatif conservent, elles, une activité cérébrale préservant les fonctions vitales du corps : respiration, régulation thermique, fonctionnement du cœur, rapport énergétique, digestion. Les soins se limitent à ce qui est appelé le "nursing" dans les hôpitaux, parallèle évident avec l’état du nourrisson. Cela consiste à alimenter le malade et à assurer sa toilette. Dans l’absolu, aucun matériel médical n’est même nécessaire pour s’occuper d’un patient en état végétatif. Il convient juste de faire bouger régulièrement le corps pour éviter les escarres. Certaines familles ont décidé d’accueillir chez eux un proche en état végétatif. Souvent alors pas de sonde gastrique, la cellule familiale assure l’alimentation régulière à la petite cuillère, la fonction de déglutir étant préservée. Dans les hôpitaux, à l’exception de quelques centres de rééducation spécialisés, il est jugé plus simple, car beaucoup moins long, d’assurer l’alimentation via une sonde.

 

La définition la plus précise de l'état végétatif a été écrite par François Cohadon, neurochirurgien, dans un ouvrage appelé Sortir du coma : « Absence, manque apparent de tout signe de conscience, de toute activité mentale supérieure alors que le sujet est éveillé, les yeux ouverts. Il n'y a aucune réponse aux ordres simples et la douleur n'est pas localisée. La posture est constamment hypertonique, des stimulations variées entraînent un renforcement de cette rigidité. Une gamme assez étendue d'activités motrices spontanées est décrite. Cependant, ces productions sont considérées comme sans but, sans contenu identifiable, sans intention : mouvements oculaires horizontaux conjugués lents, quelquefois brusques, sans fixation ou poursuite volontaire ; mouvements de la bouche et de la face : mâchonnements, grincements de dents, bâillements, grimaces, sourires même ; mouvements plus rares du cou et des membres.» Ainsi, le malade ne parle pas, ne répond jamais d’une façon ou d’une autre à un ordre précis et ne présente aucun signe ferme de conscience de son environnement. Ses gestes ne sont ni coordonnés ni compréhensibles.

 

En savoir plus...